Les disciplines nordiques
 
     Les activités nordiques sont nombreuses. Elles n'ont pas toujours le même mode de participation. Certaines sont des loisirs praticables par tout un chacun alors que d'autres sont orientés essentiellement vers la compétition. Les présentations faites ici ont pour seul but de vous permettre de différencier et d'identifier les diverses disciplines. Pour plus d'informations, rendez-vous en page de liens.
 
Biathlon Combiné nordique Duathlon des neiges Fond handisport Randonnée nordique
Saut à ski Ski-arc Ski de fond Ski-joring Ski-orientation
Ski-pulka Ski-roues Télémark Triathlon des neiges Divers
 
Le Ski de Fond
style classique
 
style skating
     Pratique de base, elle peut se faire sous forme de promenade ou avec un intérêt plus sportif. Il existe deux styles proposant  chacun une multitudes de pas variés adaptés au terrain et à la vitesse du pratiquant :
     - le classique : technique historique proche de la marche (on parle d'ailleurs dans certains pas de marche glissée). Elle se caractérise par le parallélisme des skis (sauf lorsque le relief ne le permet plus) et l'utilisation de la trace.
     - le skating : technique récente, apparue dans les années 80. Elle se caractérise par l'écartement des jambes en "canard", avec les skis divergents (cela n'empêche néanmoins pas l'utilisation de la trace, notamment pour se reposer, dans les phases descendantes).
     En compétition, il existe des épreuves des deux styles et d'autres les combinant. Les départs sont soit en "mass start" (départ en ligne), soit en "individuel" (contre la montre). Il existe aussi un mode de compétition dit "poursuite" (départ fixé par les résultats d'une épreuve précédente). Les distances des courses se classent selon trois catégories :
     - Les longues distances : Ces compétitions très populaires se font sous forme de mass start et peuvent voir s'affronter plusieurs milliers de personnes sur des parcours allants de 25 à près de 100km (la grande course mythique du ski de fond, la Vasaloppet, en Suède, propose 90km). Aux Jeux Olympiques, il existe une course de 30 et une de 50km, chacune dans un style différent. 
     - Le fond spécial : Il regroupe les distances de 5 à 20km. 
     - Les sprints : C'est la forme la plus récente, aux Jeux Olympiques depuis 2002, à Salt-Lake-City. Les distances n'excédent pas 2km. Les épreuves sprint sont les seules pouvant se dérouler sous forme éliminatoires.

G

La Randonnée Nordique

randonnée nordique au dessus de Cervières (05)

     C'est une forme plus nature du ski de fond, ne suivant pas les pistes balisées. Elle utilise des parcours plus faciles que le ski-alpinisme (ou ski de randonnée). Cela permet de découvrir des paysages non observables depuis les domaines tracés. Certains itinéraires ne nécessitent pas toujours d'avoir une technique très poussée à ski de fond et peuvent donc être parcourus par tous (parfois, la condition physique et plus importante que la technique).
     C'est une activité de loisirs ne se pratiquant pas en compétition.

G

Le Télémark

Télémark en haute montagne

     Cette discipline, qui se développe de plus en plus, est une adaptation de la mobilité des pieds à ski de fond pour les descentes. Le télémark peut aussi être considéré comme une discipline alpine. Les skis sont plus larges que pour le ski de fond.
     Le télémark se prête très bien au ski hors piste de descente, mais les skis lourds rendent difficile la progression lorsqu'il faut se mouvoir à la force des bras et des jambes.
     Le télémark n'est pas pour le moment une épreuve Olympique, mais il existe néanmoins des compétitions. Les participants s'y départagent sur deux catégories de courses :
     - Les descentes : A l'image du ski alpin, les participants doivent descendre au plus vite au bas d'un parcours jalonné de piquets. Le tracé est généralement un géant qui peut être individuel ou parallèle (deux tracés identiques pour une course à éliminations). Une note technique peut-être donnée.
     - Le classic : Epreuve combinée où les concurrents évoluent sur un parcours plein d'obstacles représentants des difficultés naturelles que l'on pourrait retrouver en pleine nature (descente, parcours de fond, saut).

G

Le Saut et le Vol à Ski

sauteur aux JO de Salt Lake City

     Cette discipline nordique très populaire en Scandinavie, dans les pays germanophones et au Japon est assez confidentielle en France (l'essentiel des pratiquants se trouvent dans le Jura et les Alpes du Nord et il existe peu de tremplins).
     Le saut rentre dans une catégorie bien à part. En effet, elle nécessite une infrastructure importante (du moins pour la compétition). De plus, l'engagement nécessaire pour s'engager sur les tremplins officiels limite encore le nombre de pratiquants.
    C'est pour ces raisons et pour des questions de sécurité que cette discipline se fait essentiellement dans un but compétitif.
     Les tremplins officiels ont un point K (limite maximum de sécurité pour les compétiteurs, là où la piste d'atterrissage s'aplanit) de 90m (petit tremplin) ou de 120m (grand tremplin). Mais il existe aussi des tremplins plus petits, pour l'entraînement, et des plus grands, dits de "Vol à ski". Les records de distances, non officiels pour des motifs de sécurité, ont vu des sauteurs dépasser largement les 200m.
     En compétition, la distance n'est pas le seul déterminant, il existe aussi une note de style évaluant l'atterrissage (le télémark).
     Les épreuves Olympiques, masculines exclusivement (la première coupe du monde féminine n'a eu lieu que lors de l'hiver 2004-2005), sont le K90 et le K120 individuel et le K120 par équipes. Il existe aussi une autre épreuve légendaire dans le milieu des sauteurs, la Tournée des Quatre Tremplins, qui chaque hiver voit s'affronter les meilleurs mondiaux sur quatre étapes (2 en Allemagne, 2 en Autriche) devant un public très important.

G

Le Ski-Pulka (ou Pulka Scandinave) et le Ski-Joring (ou Ski-Kjoering)

course de pulka

     C'est une activité inspirée du traîneau à chien. La pulka est une luge qui unit le skieur et son chien. La différence avec ce traîneau réside dans le fait que dans celui-ci, le "musher" (conducteur de traîneau) est sur l'engin qu'il pilote, alors qu'avec une pulka, le "skieur" patine derrière la luge et doit fournir un effort pour avancer.
     En compétition, cette épreuve non Olympique (sport de démonstration à Lillehammer en 1994) peut se dérouler en une ou plusieurs manches :
     - Les sprints courts couvrent une distance de 12 à 16km et se déroulent en une seule manche.
     - Les sprints longs couvrent une distance de 18 à 25km et se déroulent en une seule manche.
     - En course de mi-distance, les parcours sont de 28 à 35km, souvent en trois manches.
     Le ski-joring (qui veut dire "tirer à ski") est une variation du ski-pulka. Le "skieur" est tiré par un chien (parfois un cheval). Il n'y a pas d'engin intermédiaire, cela ressemble finalement à du ski nautique sur neige.
     Les compétitions sont de même sorte qu'en ski-pulka et sont d'ailleurs souvent organisées ensemble..

G

Le Biathlon

biathlète au pas de tir

     C'est une combinaison du ski de fond avec du tir à la carabine. Cette discipline n'existe que par la compétition. Les participants doivent conjuguer un parcours de ski de fond où il faut aller le plus vite possible (augmentation du rythme cardiaque) avec des passages au pas de tir (où il faut diminuer son rythme cardiaque pour la visée). Le coureur devra effectuer des tirs debouts et des tirs couchés.
     C'est une discipline de plus en plus populaire pour les spectateurs mais qui reste pratiquée par peu de skieurs du fait du prix important de la carabine (mais les biathlètes sont de plus en plus nombreux). Son organisation doit être bien encadrée pour des raisons évidentes de sécurités liées à l'utilisation de la carabine.
     Epreuve militaire à la base, le biathlon est apparue aux Jeux Olympiques en 1960. Aujourd'hui, il existe 10 épreuves au programme de ceux-ci, 5 pour les hommes, 5 pour les dames, toutes en style libre :
     - le 10km sprint (7,5km pour les dames)
     - le 12,5km mass start (10km)
     - le 15km poursuite (12,5km)
     - le 20km individuel (15km)
     - le relais 4x10km (4x7,5km)

G

Le Combiné Nordique
le concours de saut
la course de ski de fond
     C'est une combinaison du ski de fond et du saut à ski. Effectuée dans un but compétitif, cette discipline pose le problème du poids à ses pratiquants. En effet, alors qu'en saut, il faut être léger pour rester le plus longtemps dans l'air, le ski de fond exige des capacités musculaires augmentant la masse corporelle.
     Les compétiteurs effectuent tout d'abord des sauts, puis les distances réalisées étant converties en temps, une proportionnalité permet de faire partir les concurrents en fonction du résultat de l'épreuve de saut (le meilleur sauteur part en tête). L'objectif est de rallier l'arrivée en premier.
     Les différences de gabarits rendent les courses très attrayantes, les modifications au classement, fréquentes. Les meilleurs sauteurs, plus sveltes, doivent lutter contre les fondeurs, plus robustes.
     Epreuve Olympique, présente depuis les premiers Jeux d'hiver (Chamonix, 1924), le combiné nordique propose trois épreuves exclusivement masculines dont la partie ski de fond se fait uniquement en style libre :
     - le mass start
     - l'individuelle
     - le concours par équipes

G

Le Ski-Arc

tir à genou lors d'une compétition

     Cette discipline combine ski de fond et tir à l'arc. La pratique est à peu près analogue au biathlon dont elle est bien moins connue. Mais si en biathlon, les tirs se font debout et couchés, ici ils se font debout et à genoux. Comme pour sa voisine, la compétition en ski-arc se fait essentiellement en style libre.
     Ce n'est pas encore une épreuve Olympique mais elle devrait faire son entrée dans ce giron sous peu.

G

Le Ski-Orientation (ou Ski de Fond-Orientation ou Ski-O)

poinsonnage à la balise

     Comme en période estivale, la course d'orientation a pour objectif de faire parcourir en un minimum de temps, un parcours libre avec simplement quelques points de passage obligatoires (balises). Chaque concurrent est libre d'utiliser le parcours qu'il désire (le plus court en terme de distance n'étant pas forcément le moins long à réaliser). Il est muni d'une carte topographique, d'une boussole et d'une carte à faire poinçonner à chaque balise, prouvant qu'il y est bien passé.
     Cette discipline n'est pas Olympique.

G

Le Duathlon et le Triathlon des Neiges

prise du VTT lors d'un triathlon des neiges

     Ces épreuves combinées se font essentiellement dans un but compétitif dans des courses de distances variables.
     Le duathlon des neiges combine le ski de fond et à la course à pied. Pour le triathlon des neiges, rajoutez un parcours de VTT généralement sur neige.
     Aucune de ces disciplines n'est Olympique.

G

Le Ski-Roue (ou Rollerski ou Ski à Roulettes)

Ski à roulettes au Cap-Ferrat

     En classique ou en skating, cette discipline permet de pratiquer l'activité nordique hors saison hivernale, sur des routes goudronnées. Mode d'entraînement à la base, le ski-roue se développe et compte de plus en plus d'adepte, dans des régions qui ne possèdent pas toujours de stations de ski. C'est devenue une véritable discipline à part entière, avec ses propres compétitions.
     Cette discipline n'est pas Olympique.

G

Le Fond Handisport

skieur en compétition

     Avec ou sans aide humaine ou matérielle supplémentaire, le ski de fond ainsi que d'autres disciplines nordiques peuvent être pratiqués par des personnes handicapées.
     Différentes adaptations sont possibles en fonction du handicap.
     Il existe de nombreuses formes de compétitions nordiques handisport dont beaucoup sont inscrites au programme des Jeux Paralympiques.
     Pour tous renseignements :

Fédération Française Handisport

42, rue Louise Lumière - 75020 PARIS

Tel : 01.40.31.45.00  -  Fax : 01.40.31.45.42

http://www.handisport.org/

G

Diverses autres pratiques

Géant nordique au Boréon

     Il existe de nombreuses variations sur l'activité nordique. Elles reviennent à la mode avec la vague "FUN". Mais dès le début du XX° siècle, il existait des disciplines telles la course les mains liées, la course aux oranges (concourir avec 4 oranges dans une mains sans les faire tomber, la quatrième étant en équilibre sur les trois autres), etc.
     De nos jours, on voit des activités de type gymkhana, courses à éliminations, descente, regroupées dans la catégorie des parcours techniques. Mais il n'y a pas de limites pour ouvrir la voie à de nouvelles activités (badminton sur neige, autres épreuves combinées, ski-golf, etc.). Les progrès du matériel sont aussi une source d'inspiration.

G